La fièvre -Sébastien Spitzer

Résumé : Un homme, tout juste arrivé en ville, s’effondre au milieu de la rue. Il meurt, sa langue est noire. Il est le cas zéro. La première victime de la Fièvre.
Keathing tient le journal local. Raciste, suprémaciste, c’est un vrai type du Sud qui ne digère pas la victoire des Yankees et l’affranchissement des noirs. Annie Cook est française. Elle tient un lupanar et ne pense qu’à faire de l’argent. La Fièvre va bouleverser leur vie. La ville se vide, les trains sont pris d’assaut, on s’entretue pour obtenir une place. Puis le silence s’installe. Les derniers habitants, impuissants, assistent à l’impensable. Suivent les premiers pillards. Et les premiers héros : les miliciens. Ils sont noirs, immunisés contre le mal qui décime les blancs. Ils vont sauver les maisons, les biens, les commerces. Contre toute attente, Keathing va vouloir témoigner de leur courage. Anna, elle, transforme son bordel en hôpital de fortune.

La Fièvre est une histoire vraie. En 1878, à Memphis, elle a tué un tiers de la ville en quelques mois…

Mon avis : J’ai aimé le côté historique de ce roman, je n’avais jamais entendu parler de la fièvre jaune qui à tuer des milliers de personnes pendant l’année de 1878 à Memphis. Le personnage qui m’a le plus touché n’est autre que la petite Emmy 13 ans mulâtre qui attend avec impatience le retour de son père, je trouve que dans ce livre elle fait preuve d’un courage très fort par rapport à toutes les épreuves qu’elle subit.

Les autres personnages comme Anne Cook, Keathing et Raphael T Brown sont eux aussi intéressants mais j’ai trouvé que le roman en lui même manqué de profondeur surtout au niveau de c’est trois personnages là.

Affaire de cœur – Danielle Steel

Résumé : Photographe new-yorkaise de talent, Hope Dunne mène une vie solitaire dans son loft de SoHo. Encore marquée par la mort de sa fille et la désintégration de son mariage, elle trouve du réconfort dans son travail artistique. Lorsqu’elle accepte de se rendre à Londres afin de faire le portrait d’un célèbre écrivain, elle est loin de se douter que sa vie s’apprête à basculer une nouvelle fois. Connu pour la noirceur de ses romans, Finn O’Neill est aussi séduisant que brillant. Incapable de résisterà son magnétisme, Hope accepte de le suivre dans sa somptueuse propriété, isolée en plein coeur de la campagne irlandaise. Si les premiers temps de leur relation sont idylliques, Hope ne tarde pas à découvrir des incohérences dans le passé de l’écrivain, et à faire les frais de ses accès de colère. Cet homme, en apparence tendre et attentionné, dissimulerait-il une tout autre personnalité, comme les personnages de ses romans ? Seule, à des milliers de kilomètres de son pays, Hope se sent prise au piège…

Mon avis : Histoire intéressante, qui peut parlé à beaucoup de femmes, un personnage principale qui au début est tout à fait charmant et qui devient de plus en plus sombre au fil des pages. Un thème abordé très différent des autres livres de l’auteure qui m’a beaucoup plus.

Encore une bonne lecture pour moi.

ADN-Yrsa Sigurdardottir

Résumé : Elísa Bjarnadóttir méritait d’être punie. Elle devait payer. Mais quelle faute pouvait justifier une telle violence ? On vient de retrouver la jeune femme à son domicile, la tête entourée de gros scotch, exécutée de la façon la plus sordide. L’agonie a dû être atroce. Sa fille de sept ans a tout vu, cachée sous le lit de sa mère, mais la petite se mure dans le silence. Espérant l’en faire sortir, l’officier chargé de l’enquête se tourne alors vers une psychologue pour enfants. C’est sa seule chance de remonter jusqu’au meurtrier. Ce dernier n’a pas laissé de trace, juste une incompréhensible suite de nombres griffonnée sur les lieux du crime. Alors que les experts de la police tentent de la déchiffrer, un étudiant asocial passionné de cibi reçoit à son tour d’étranges messages sur son poste à ondes courtes. Que cherche-t-on à lui dire ? Sans le savoir, il va se retrouver mêlé à l’une des séries de meurtres les plus terrifiantes qu’ait connues l’Islande.

Mon avis :
Première fois pour moi que je lis cette autrice, et j’en ressort un peu déçu dans le sens ou j’ai trouvé les personnages mou à par quand le meurtrier tué ces victimes là il y avait vraiment du mouvement.

J’ai quand même continué à le lire en espérant avoir l’ultime révélation qui est arrivé à la toute fin et à partir de ce moment j’ai eu un regain d’énergie en apprenant le pourquoi de toute cette histoire.

Le thème était bien choisi je trouve par l’autrice, je lui laisserais une seconde chance surement en lisant la suite de cette saga.

Le Vide – Patrick Senécal

Résumé : Drummondville, Québec.  » Vivre au max « , une nouvelle émission de téléréalité, défraie la chronique. Son fondateur, le milliardaire Max Lavoie, a tout quitté pour se lancer dans ce projet. Il s’est attiré les foudres de la commission de censure et a choqué les âmes sensibles en proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des candidats. Quel fantasme délirant les participants vont-ils demander à l’animateur de réaliser ? Jusqu’où iront-ils ? La téléréalité va-t-elle dépasser la fiction ? Prenez garde mesdames et messieurs : plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute… dans le vide.

Mon avis : L’histoire ce déroule au Québec, on va suivre Maxime qui est un milliardaire qui va avoir l’idée assez farfelue de créer une émission de télé-réalité, dont les participant de cette émission vont pouvoir réalisé leur rêve les plus fous et quand je dis fous c’est vraiment fous!!!!!

Une histoire qui au départ ne concerne pas maxime mais une personne qui commet un quadruple meurtre et plus l’histoire ce déroule plus on ce rend bien compte que la création de Maxime pour son émission de télé-réalité et ce quadruple meurtre à peut-être bien un lien que l’inspecteur détective Pierre Sauvé va découvrir.

Ce livre m’a plu de part son originalité (le mélange des chapitres), de part ces personnages plus tourmenté les uns que les autres. Une histoire glaçante et addictif que je vous conseille de lire.

Passage des ombres-Arnaldur Indridason

Résumé : Stephan Thorson semblait comme endormi… Avec stupeur, le légiste constate qu’il a été étouffé. Pourquoi assassiner un nonagénaire solitaire et taiseux ? Dans ses tiroirs, des articles sur le meurtre d’une couturière retrouvée en 1944, dans le malfamé passage des Ombres. Soixante ans plus tard, l’ex-inspecteur Konrad décide de rouvrir la double enquête. Il découvre une époque où l’Islande, tiraillée entre modernité, traditions et légendes, n’était pas tendre avec les jeunes filles…

Mon avis : Pour le dernier livre de cette trilogie, l’auteur nous plonge dans un passé, présent qui moi m’a beaucoup plus, on retrouve dans le passé nos deux enquêteurs Flovent et Thorson dont la complicité et un peu plus forte dans le sens ou là il font vraiment équipe pour l’affaire d’une jeune fille retrouvée morte près d’un théâtre.

Et dans le présent on retrouve un ancien flic Konrad qui va vouloir enquêter en tant que consultant sur le meurtre d’un vieil homme retrouvé étouffé dans son sommeil. Très vite Konrad va se rendre compte que cet homme enquêter sur une vieille affaire non élucidée.

Quel rapport me dirais vous entre ces deux enquêtes ? Et bien je vous répondrez qu’il faut que vous lisiez ce livre pour avoir la réponse à cette question.

Il faut aimer l’atmosphère particulière des pays de nord de l’Europe pour se plonger dans la lecture de cette trilogie qui nous mène en Islande « occupée » par les troupes anglaises puis américaines. On suit passionnément les enquêtes des personnages principaux, leurs émotions, leurs états d’âmes.

Cette trilogie m’a permis de découvrir l’Islande pendant la seconde guerre mondiale à conseiller.

La femme de l’ombre -Arnaldur Indridason

Résumé : Une jeune femme attend son fiancé à Petsamo, une ville tout au nord de la Finlande. Tous deux doivent rentrer en Islande sur le paquebot Esja pour fuir la guerre qui vient d’éclater dans les pays nordiques, mais le jeune homme n’arrive pas.
Au printemps 1943, dans une Islande occupée par les troupes alliées, la découverte d’un corps rejeté par la mer sème l’émoi à Reykjavík. Au même moment, un jeune homme est victime d’une agression d’une sauvagerie inouïe non loin d’un bar à soldats, et une femme qui fréquente avec assiduité les militaires disparaît brusquement. Les jeunes enquêteurs Flovent et Thorson suivent des pistes contradictoires et dangereuses : officiers corrompus, Gestapo, vulgaires voyous…

Mon avis : Deux ans sont passés depuis la première enquête de (Flovent) notre enquêteur de la criminelle et (Thorson) notre policier militaire.

Là on va avoir à faire dans un premier temps à un homme retrouvé noyé, Flovent va devoir enquêter et les résultats de l’autopsie vont révéler que notre homme n’est peut être pas mort que part noyade. Ceux qui va amener Flovent à interroger tout l’entourage de notre victime.

En parallèle Thorson va être appelé à l’hôpital pour interrogé un homme qui a été agresser sauvagement, ses heures sont comptés, malheureusement la victime ne va pas avoir la possibilité de donner beaucoup de détailles à Thorson seulement deux mots FA CON. Et c’est à partir de ça que Thorson va essayé de tiré cette affaire au clair.

Et on va être aussi deux ans plus tôt avec une jeune femme qui attend son fiancé dans le port de Petsamo pour fuir la guerre malheureusement pour elle son fiancé ne viendra jamais la rejoindre. Pourquoi ? Que c’est il passé ? Pourquoi cette jeune femme à l’air de culpabilisé ?

Voilà toutes les questions que l’on va se posés dans c’est différentes affaires. J’ai aimé retrouvé nos deux enquêteurs, une complicité commence doucement à voir le jour. Malheureusement notre duo continuent à enquêter chacun de leurs côtés ce qui est dommage.

On retrouve une Islande envahit par des alliés qui ce croient tout permis surtout vis à vis des femmes, cette trilogie me fais voyagé, car je ne connais pas l’Islande vu que je ne l’ai jamais visité. Et le côté historique me permet d’apprendre beaucoup de choses sur la Seconde Guerre Mondiale et sur l’Islande à travers cette époque là.

Dans l’ombre

Résumé : Un représentant de commerce est retrouvé dans un petit appartement de Reykjavik, tué d’une balle de Colt et le front marqué d’un “SS” en lettres de sang. Rapidement les soupçons portent sur les soldats étrangers qui grouillent dans la ville en cet été 1941.
Deux jeunes gens sont chargés des investigations : Flovent, le seul enquêteur de la police criminelle d’Islande, ex-stagiaire à Scotland Yard, et Thorson, l’Islandais né au Canada, désigné comme enquêteur par les militaires parce qu’il est bilingue.
L’afflux des soldats britanniques et américains bouleverse cette île de pêcheurs et d’agriculteurs qui évolue rapidement vers la modernité. Les femmes s’émancipent. Les nazis, malgré la dissolution de leur parti, n’ont pas renoncé à trouver des traces de leurs mythes et de la pureté aryenne dans l’île. Par ailleurs on attend en secret la visite d’un grand homme.
Les multiples rebondissements de l’enquête dressent un tableau passionnant de l’Islande de la “Situation”, cette occupation de jeunes soldats qui sèment le trouble parmi la population féminine. Ils révèlent aussi des enquêteurs tenaces, méprisés par les autorités militaires mais déterminés à ne pas se laisser imposer des coupables attendus.

Mon avis : Première fois que je lisais cet auteur, et j’ai eu envie de lire cette trilogie qui ce passe en Islande pendant la Deuxième Guerre Mondiale.
Une enquête dont l’intrigue va être mener par un policier local (Flovent) et par un militaire canadien (Thorson), ils vont devoir faire équipe car un homme est mort d’une balle dans la tête. Nos deux enquêteurs vont explorer les fantasmes eugéniques de l’Allemagne aryenne et les relations qui se nouent entre militaires britanniques puis américains en Islande.
J’ai aimé ce roman sa représentation historique, l’ambiance assez anxiogène par rapport à l’arrivé des alliés, le rapport des deux enquêteurs m’a cependant un peu dérangé car ils enquêtés fort chacun de leurs côtés ce qui est dommage.
Mais ça ne m’empêchera pas de lire la suite car la fin de ce premier tome nous laisse un début de seconde intrigue que j’ai hâte de lire dans « La femme de l’ombre ».

Rendez-vous

Résumé : Mère de deux grands enfants, Paris Armstrong mène une vie paisible dans sa jolie maison du Connecticut auprès de son mari qu’elle aime depuis vingt-quatre ans. Aussi, quand ce dernier lui annonce d’un ton grave qu’il désire lui parler, elle est à mille lieues d’imaginer ce qui va suivre.

 » Je veux divorcer « , déclare sans ambages Peter. Paris tombe des nues. Du jour au lendemain, sans crier gare, ce mari qu’elle aime tant décide de la quitter pour une femme plus jeune, lui laissant le soin de recoller les morceaux de sa vie brisée. L’épreuve est douloureuse. Une fois les larmes taries et le désespoir un peu moins vif, elle part s’installer à San Francisco, où elle ne tarde pas à découvrir ce qu’est la vie de célibataire, avec sa solitude mais aussi sa liberté… et ses rencontres. Paris multiplie les aventures et les déceptions qui la conduisent à penser que l’amour n’est plus pour elle. Jusqu’au jour où elle prend une décision qui va bouleverser son existence. Après toutes ces déconvenues, aura-t-elle enfin rendez-vous avec le bonheur ?

Mon avis : Que dire de ce roman à part que ça à encore était pour moi un vrai régale je me suis plongé dans l’histoire la tête la première et j’ai encore une fois adoré.
On est ici avec Paris Armstrong qui va malheureusement subir un divorce dans laquelle elle ce retrouve, la trahison de son mari y est total et on ce demande comment elle va pouvoir sans sortir vu que comme dans beaucoup de roman de l’auteur elle ce retrouve seule sans emploi.
L’auteur arrive à nous faire ressentir toute les émotions de son personnage, on suit les rebondissement en ce demandant comment va finir toute cette histoire et ça a été pour moi encore une fois une très bonne surprise.
Pour celles et ceux qui aime les histoires simple, et changer un peu de style lancez-vous !!!!!!